FrWiki

Luke Rowe



Luke Rowe, né le à Cardiff, est un coureur cycliste gallois, membre de l'équipe Ineos. Son frère Matthew (en), est également coureur.

Luke Rowe
Luke Rowe lors des Championnats de Grande-Bretagne 2013
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (31 ans)
CardiffVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes amateurs
2011100% Me
Équipes professionnelles
01.2012-04.2019Sky
05.2019-Ineos

Sommaire


Biographie

Jeunesse et carrière amateur

Luke Rowe commence le cyclisme au Maindy Flyers Youth Cycling Club, basé au Maindy Centre (en) de Cardiff, au Pays de Galles[1].

En catégorie junior, il intègre le Olympic Development Programme de British Cycling, destiné aux coureurs de cette catégorie[2],[1]. À 16 ans, en 2006, Luke Rowe remporte le Tour d'Irlande juniors et termine troisième du championnat de Grande-Bretagne de poursuite par équipes. L'année suivante, il devient avec Adam Blythe, Peter Kennaugh et Mark McNally champion d'Europe juniors de la spécialité et prend la troisième place du Circuit Het Volk juniors. En 2008, il devient champion d'Europe de l'américaine juniors avec Mark Christian.

À l'automne 2008, il accède au Olympic Academy Programme, pour coureurs de moins de 23 ans[3],[1]. Il remporte au sprint à deux reprises, en 2009 et 2011 le ZLM Tour, l'une des épreuves de la Coupe des Nations espoirs. Il participe aux championnats du monde sur route des moins de 23 ans en 2009 (64e)[4], en 2010 à Melbourne en Australie (11e)[5] et en 2011 à Copenhague au Danemark (75e)[6].

Carrière professionnelle

Luke Rowe devient professionnel en 2012 au sein de l'équipe britannique Sky. En septembre, il obtient sa première victoire professionnelle, la première étape du Tour de Grande-Bretagne. Il dispute ensuite la course en ligne des championnats du monde, au service du leader John Tiernan-Locke, révélation britannique de la saison[7]. Celui-ci prend la 19e place tandis que Rowe est 88e.

En 2013, il reprend la compétition en Australie lors du Tour Down Under. Il se classe neuvième du Tour du Qatar. Aux championnats de Grande-Bretagne, il est cinquième de la course en ligne et du contre-la-montre. Durant l'été, il prend part au Tour d'Espagne, son premier grand tour, avec pour leader Sergio Henao[8]. Il abandonne lors de la quinzième étape. Il est ensuite sélectionné en équipe nationale pour la course en ligne des championnats du monde, qu'il ne termine pas. À l'issue de cette saison, le contrat qui le lie à Sky est prolongé[9]

En début d'année 2014, Rowe aide son coéquipier Ian Stannard à remporter le Circuit Het Nieuwsblad et en prend la onzième place[10]. Au début de l'été, après avoir été quatrième des championnats de Grande-Bretagne sur route et du contre-la-montre, il participe aux Jeux du Commonwealth, en équipe du pays de Galles. Il s'y classe 17e du contre-la-montre et sixième de la course en ligne, gagnée par son coéquipier gallois Geraint Thomas. Il dispute à nouveau le Tour d'Espagne en tant qu'équipier de Christopher Froome, deuxième du classement général. Il termine cette fois la course, à la 141e place du classement général. En fin de saison, il est sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde 2014, avec pour leaders David Millar, dont c'est le dernier mondial, et Chris Froome[11],[12]. Il ne termine pas la course.

Luke Rowe durant le Tour des Flandres 2015.

En 2015, Luke Rowe prend part aux succès de Sky lors des classiques flandriennes : victoires de Ian Stannard au Circuit Het Nieuwsblad, de Geraint Thomas au Grand Prix E3, deuxième place d'Elia Viviani à Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Il obtient lui-même de s résultats satisfaisants : neuvième du Circuit Het Nieuwsblad, treizième de l'E3[13]. Lors de Paris-Roubaix, où il est équipier de Geraint Thomas et Bradley Wiggins, il est le mieux classé des coureurs de Sky, à la huitième place[14]. Ces résultats laissent entrevoir, chez Luke Rowe et ses directeurs sportifs, la possibilité qu'il devienne un leader pour ces courses[13],[14]. Durant le premier semestre de l'année, Rowe court également aux côtés de Richie Porte lors de sa victoire à Paris-Nice, et de Christopher Froome au Tour de Romandie et au Critérium du Dauphiné. En juillet, il est au départ de son premier Tour de France. Il y est sélectionné grâce à ses résultats lors des classiques, afin d'aider Chris Froome durant de la première semaine, notamment lors de l'étape empruntant des secteurs pavés[15]. À l'issue de cette première semaine de course, Froome porte le maillot jaune. Il le conserve et remporte son deuxième Tour de France. Luke Rowe parvient au terme de cette première « grande boucle » en ayant également aidé son leader dans les descentes et vallées des étapes de montagne[16]. Rowe est sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde de Richmond[17]. En septembre, il prolonge son contrat avec l'équipe Sky[18].

Rowe progresse encore lors des classiques flandriennes en 2016. Il est quatrième du Circuit Het Nieuwsblad, cinquième du Tour des Flandres, et est désigné co-leader de Sky pour Paris-Roubaix, avec Ian Stannard[19]. Après une chute en compagnie de son coéquipier Gianni Moscon et une poursuite pour revenir en tête de la course, il se met au service de Stannard, qui termine troisième. Rowe arrive en quatorzième position[20]. Il participe ensuite au Tour de France, où il aide Froome à obtenir son troisième titre, et au championnat du monde sur route, à Doha.

En , après avoir pris la cinquième place de la Cadel Evans Great Ocean Road Race, Luke Rowe décroche sa première victoire depuis 2012 à l'occasion du Herald Sun Tour. Durant le deuxième étape, il provoque la formation d'une échappée de dix coureurs puis part seul et s'impose avec 33 secondes d'avance[21],[22]. Il commence sa campagne de classique avec une sixième place au Circuit Het Nieuwsblad et une troisième place à Kuurne. La suite est plus décevante pour lui et pour Sky. Il doit abandonner lors de Gand-Wevelgem et Paris-Roubaix, et une chute lui fait terminer le Tour des Flandres à l'avant-dernière place[23],[24]. Durant l'été, après avoir aidé Froome à gagner son quatrième Tour tout en terminant lanterne rouge, il se blesse en pratiquant le rafting. Souffrant de vingt fractures à la jambe droite, il ne remonte sur un vélo qu'en novembre, et prévoit un retour en compétition en [25],[26].

En août 2018, il termine quinzième du championnat d'Europe sur route à Glasgow[27].

En , lors de la 17e étape du Tour de France, il est mis hors course par le jury des commissaires après un accrochage avec Tony Martin, lui aussi exclu du Tour. Le même mois, il est sélectionné pour représenter son pays aux championnats d'Europe de cyclisme sur route[28]. Il s'adjuge à cette occasion la trente-troisième place de la course en ligne[29].

Le 1er mai 2020, durant l'arrêt des compétitions dû au COVID 19, il effectue l'Everesting virtuel de l'Alpe du Zwift, "en compagnie" de Mark Cavendish[30].


Palmarès sur piste

Coupe du monde

  • 2010-2011
    • 3e de la poursuite par équipes à Melbourne

Championnats d'Europe juniors et espoirs

Championnats de Grande-Bretagne


Palmarès sur route

Palmarès amateur

Palmarès professionnel

Résultats sur les grands tours

Tour de France

Luke Rowe aux côtés de Christopher Froome à l'arrivée du Tour de France 2015.

6 participations

Tour d'Espagne

2 participations

Classements mondiaux

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
UCI World Tour nc[31] nc[32] nc[33] 121e[34] 87e[35] 116e[36]
UCI Europe Tour 333e[37] 281e[38] 170e[39]
Légende : nc = non classé

Notes et références

  1. a b et c (en) « Alex Dowsett » , sur britishcycling.org.uk (consulté le )
  2. (en) « Olympic Development Programme » , sur britishcycling.org.uk (consulté le )
  3. (en) « The Olympic Academy (Under-23) Programme » , sur britishcycling.org.uk (consulté le )
  4. (en) « Sicard wins world Under 23 road title » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  5. (en) « Australia's Matthews grabs home turf title » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  6. (en) « Demare, Petit stun espoir field with French 1-2 » , sur cyclingnews.com,
  7. (en) « Tiernan-Locke steps up to lead British team at Worlds » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  8. (en) « Henao leads Sky at Vuelta a España » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  9. (en) « Welsh cyclist Luke Rowe joins team leader Chris Froome in signing extended deal with Team Sky » , sur walesonline.co.uk, (consulté le )
  10. (en) « Luke Rowe helps Team Sky mate Ian Stannard win Omloop Het Nieuwsblad » , sur walesonline.co.uk, (consulté le )
  11. (en) « Froome, Wiggins and Millar make British Cycling long list for Worlds » , sur cyclingnews.com,
  12. « Championnats du monde : David Millar capitaine des Britanniques pour sa dernière course » , sur lequipe.fr, L'Équipe,
  13. a et b (en) « Rowe becomes integral part of Team Sky’s Classics selection » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  14. a et b (en) « Luke Rowe: eighth in Roubaix a sign of things to come » , sur cyclingweekly.co.uk, (consulté le )
  15. (en) « Luke Rowe: Paris-Roubaix ride led to Tour de France selection » , sur cyclingweekly.co.uk, (consulté le )
  16. (en) « Rowe celebrates Team Sky's Tour de France success » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  17. (en) « Cavendish and Thomas head up Great Britain in Worlds » , sur cyclingnews.com,
  18. « Le journal des transferts » , sur velo101, (consulté le )
  19. (en) « Rowe and Stannard to share Team Sky leadership at Paris-Roubaix » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  20. (en) « Rowe gives everything for Stannard in 'bittersweet' Paris-Roubaix » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  21. (en) « Rowe savours Herald Sun Tour success in Beechworth » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  22. (en) « Rowe wins stage 2 of Herald Sun Tour » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  23. (en) « Tour of Flanders proves elusive again for Team Sky » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  24. (en) « Rowe: Flanders crash won't stop me being my best at Paris-Roubaix » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  25. (en) « Luke Rowe sustains broken leg during whitewater rafting trip » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  26. (en) « Rowe: Another serious crash and I might never walk again » , sur cyclingnews.com, (consulté le )
  27. Frédéric Gachet, « Championnat d'Europe - Elites Hommes : Classement » , sur directvelo.com, (consulté le )
  28. Quentin Rouillé, « Championnat d’Europe Alkmaar 2019 : Les différentes présélections » , sur cyclingpro.net, (consulté le )
  29. Nicolas Mabyle, « Championnat d'Europe - Elites Hommes : Classement » , sur directvelo.com, (consulté le )
  30. (en) Jonny Long, « Mark Cavendish and Luke Rowe complete Everest rides on Zwift » , sur Cycling Weekly, (consulté le )
  31. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual » , sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  32. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual » , sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  33. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual » , sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  34. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual » , sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  35. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual » , sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  36. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2017 - Individual » , sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  37. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual » , sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  38. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual » , sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  39. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2011 - Individual » , sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • icône décorative Portail du cyclisme
  • Portail du pays de Galles




Source


Information à partir de: 08.12.2021 12:29:58 UTC

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence du texte: CC-BY-SA-3.0. Les auteurs et les licences des images et des médias individuels sont indiqués dans la légende ou peuvent être affichés en cliquant sur l'image.

Changements: Les éléments de conception ont été réécrits. Les liens spécifiques à Wikipédia (comme "Redlink", "Edit-Links"), les cartes, les boîtes de navigation ont été supprimés. Egalement quelques modèles. Les icônes ont été remplacées par d'autres icônes ou supprimées. Les liens externes ont reçu une icône supplémentaire.

Note importante: Comme les contenus donnés ont été repris par machine de Wikipedia au moment indiqué, un examen manuel n'était et n'est pas possible. Ainsi frwiki.org ne garantit pas l'exactitude et l'actualité des contenus repris. Si les informations devaient être défectueuses entre-temps ou si des erreurs de représentation étaient présentes, nous vous prions de nous contacter : l'e-mail.
Voir également: Mentions légales & Politique de confidentialité .