FrWiki

Commissariat général aux questions juives



Le Commissariat général aux questions juives (CGQJ) est un organisme administratif créé sous le régime de Vichy, chargé de préparer et d'appliquer la politique discriminatoire vis-à-vis des Juifs de France, pendant l'occupation de la France par l'Allemagne nazie. Il est dirigé par Xavier Vallat puis, à partir de , au moment de la mise en place de la déportation en France occupée, par Louis Darquier de Pellepoix.

Commissariat général aux questions juives
Image dans Infobox.
Le Commissariat général aux questions juives était installé place des Petits-Pères, dans le bâtiment de l'ancienne banque Léopold Louis-Dreyfus.
Histoire
Fondation
Dissolution
Cadre
Sigle
CGQJVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Siège
Pays
Organisation
Direction

Sommaire


Historique

Le CGQJ est créé par la loi du [1]. Par décret du , il intègre le Service de contrôle des administrateurs provisoires (SCAP). Il est chargé de préparer et proposer au chef de l'État toutes les mesures législatives concernant les Juifs, de fixer les dates de liquidation des biens juifs, de désigner les administrateurs séquestres et de contrôler leur activité. Le commissariat est aussi chargé du traitement des Roms, eux aussi ciblés par la politique raciale des Allemands, formant une population d'environ 30 000 individus avant leur déportation[2].

Installé à l'hôtel Algeria à Vichy, le CGQJ a une antenne dans le bâtiment de la banque Léopold Louis-Dreyfus, 1 place des Petits-Pères dans le 2e arrondissement de Paris. Il est représenté dans onze préfectures de la zone nord et dans sept de la zone sud[3].

Il comprend principalement deux services : la Direction de l'aryanisation économique (DAE) et la Police aux questions juives (PQJ), devenue en la Section d'enquête et de contrôle (SEC). Il compte jusqu'à 1 200 employés[3].

La DAE, qui a plus d'importance que tous les autres services du Commissariat, est chargée de l'exécution des mesures économiques prises contre les Juifs et englobe le Service du contrôle des administrateurs provisoires (SCAP). Forte de huit cents employés, elle procède à la vente ou la liquidation des entreprises juives[3].

La PQJ, dont le rôle est la recherche des infractions au statut des Juifs, effectue en outre fréquemment des arrestations[3].

Le CGQJ est officiellement fermé fin août 1944, ses biens sont mis sous séquestre et le séquestre confié au ministère des Finances[4].

Plaque commémorative apposée sur l'immeuble.
« Certificat de non-appartenance à la race juive »
(régime de Vichy, 1943).

Références

  1. Loi no 1450 du 29 mars 1941 créant un commissariat général aux questions juives , Journal officiel de l'État français no 90 du 31 mars 1941, p. 1386.
  2. Donald Kenrick et Grattan Puxon (trad. de l'anglais), Destins gitans : des origines à la solution finale, Paris, Gallimard, , 190 p. (ISBN 2-07-073550-8), p. 130-137.
  3. a b c et d Bernard Frédérick, « 29 mars 1941, la création du Commissariat général aux questions juives (CGQJ) », L'Humanité Dimanche, no 748,‎ 11-17mars 2021, p. 76-81.
  4. AJ/38 : Commissariat général aux questions juives (C.G.Q.J.) et Service de restitution des biens des victimes des lois et mesures de spoliation , Musées nationaux récupération, ministère de la Culture.

Bibliographie

  • Joseph Billig (préface d'Edmond Vermeil, avant-propos d'Isaac Schneersohn), Le Commissariat général aux questions juives (1941-1944), vol. 1, 2 et 3, Paris, Centre de documentation juive contemporaine, 1955-1957-1960, 392, 382 et 344 p. (ISBN 978-2-7071-4593-2 et 2-7071-4593-9, présentation en ligne ).
  • Tal Bruttmann, Au bureau des affaires juives : l'administration française et l'application de la législation antisémite (1940-1944), Paris, La Découverte, coll. « L'espace de l'histoire », , 286 p. (ISBN 2-7071-4593-9, présentation en ligne ).
  • Asher Cohen, « Le « peuple aryen » vu par le Commissariat général aux questions juives », Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. XXXV,‎ , p. 482-494 (lire en ligne ).
  • Laurent Joly, Xavier Vallat (1891-1972) : Du nationalisme chrétien à l'antisémitisme d'État, Paris, Grasset, , 446 p. (ISBN 2-246-60831-7).
  • Laurent Joly, Darquier de Pellepoix et l'antisémitisme français, Paris, Berg international, , 199 p. (ISBN 2-911289-49-8).
  • Laurent Joly, Vichy dans la « Solution finale » : histoire du Commissariat général aux questions juives (1941-1944), Paris, Grasset, , 1014 p. (ISBN 2-246-63841-0, présentation en ligne ).
  • Laurent Joly, « La délation antisémite sous l'Occupation », Vingtième Siècle : Revue d'histoire, Paris, Presses de Sciences Po, no 96,‎ , p. 137–149 (ISBN 9782724630701, ISSN 0294-1759 , DOI 10.3917/ving.096.0137 , lire en ligne ).
  • Laurent Joly, « L'administration française et le statut du 2 juin 1941 », Archives Juives. Revue d'histoire des juifs de France, Paris, Les Belles Lettres, nos 41/1 « Les évictions professionnelles sous Vichy »,‎ 1er semestre 2008, p. 25-40 (lire en ligne ).
  • Laurent Joly, « Tradition nationale et « emprunts doctrinaux » dans l'antisémitisme de Vichy », dans Michele Battini et Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), Antisemitismi a confronto : Francia e Italia. Ideologie, retoriche, politiche, Pise, Edizioni Plus / Pisa University Press, , 199 p. (ISBN 978-8-88492-675-3), p. 139-154.
  • Laurent Joly, « Postuler un emploi auprès du commissariat général aux Questions juives (1941-1944). Antisémitisme d’État et crise de recrutement dans la fonction publique des années noires », Revue d'histoire moderne et contemporaine, nos 63-3,‎ , p. 163-185 (lire en ligne ).
  • Michel Laffitte, « La question des « aménagements » du statut des juifs sous Vichy », dans Michele Battini et Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), Antisemitismi a confronto : Francia e Italia. Ideologie, retoriche, politiche, Pise, Edizioni Plus / Pisa University Press, , 199 p. (ISBN 978-8-88492-675-3), p. 179-194.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

    • icône décorative Portail de la Seconde Guerre mondiale
    • Portail de la culture juive et du judaïsme
    • icône décorative Portail de la France




    Source


    Information à partir de: 11.12.2021 03:16:48 UTC

    Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence du texte: CC-BY-SA-3.0. Les auteurs et les licences des images et des médias individuels sont indiqués dans la légende ou peuvent être affichés en cliquant sur l'image.

    Changements: Les éléments de conception ont été réécrits. Les liens spécifiques à Wikipédia (comme "Redlink", "Edit-Links"), les cartes, les boîtes de navigation ont été supprimés. Egalement quelques modèles. Les icônes ont été remplacées par d'autres icônes ou supprimées. Les liens externes ont reçu une icône supplémentaire.

    Note importante: Comme les contenus donnés ont été repris par machine de Wikipedia au moment indiqué, un examen manuel n'était et n'est pas possible. Ainsi frwiki.org ne garantit pas l'exactitude et l'actualité des contenus repris. Si les informations devaient être défectueuses entre-temps ou si des erreurs de représentation étaient présentes, nous vous prions de nous contacter : l'e-mail.
    Voir également: Mentions légales & Politique de confidentialité .